• Hugo V.

Une histoire de dérivation

Dernière mise à jour : 20 août 2019

Seconde année de licence de Langues étrangères appliquées, cours de communication professionnelle.


Ma classe et moi nous penchons sur un slogan : celui de Thomas Cook. À l'époque, ce dernier est le suivant : Don't just book it. Thomas Cook it.


Au moment de traduire ce titre, que notre enseignante n'explique que par un jeu de mot entre book et Cook, je souligne que l'auteur a simplement transformé le nom propre « Thomas Cook » en verbe. L'idée est d'indiquer au public cible qu'en réservant par l'intermédiaire de Thomas Cook, l'organisation des vacances ne serait plus un souci. Le slogan joue sur l'image de l'entreprise en inspirant confiance à des clients.


Pour trouver une équivalence de ce procédé dans la langue de Molière, je cite l'expression « Zlataner », qu'une rumeur avait même placée comme candidate à l'ajout au dictionnaire à l'époque où le géant suédois imposait sa loi sur les pelouses de l'hexagone*. Malheureusement, je ne parviens à convaincre aucun mes camarades. Notons au passage que « Zlataner » aurait été un parfait exemple de nez-ologisme.


Revanchard et obstiné, je reviens aujourd'hui clarifier cette difficulté : la dérivation. Elle désigne la recatégorisation grammaticale d'un mot.


En anglais, la verbalisation d'un nom est courante.


« He elbowed his way through the crowd. ». Ici, elbow devient un verbe signifiant explicitement « jouer des coudes ».


« I showed her Reileen Kawahara's suggested hardware list and she OK'd about two thirds of it » (p. 351)**. Ici, on comprend que la transformation de l'interjection OK en verbe signifie « faire part de son approbation ».


En français, l'adjectif « bleu » se recatégorise en substantif lorsqu'il désigne le vêtement de travail d'un ouvrier. Pour en revenir à Thomas Cook, la difficulté de traduction s'explique comme suit : en français, les noms propres sont souvent recatégorisés en adjectifs et en substantifs (adjectivation et substantivation). C'est le cas des noms « taylorisme », « fordisme », « poutinisme », « claudettes » et des adjectifs « chiraquienne », « shakespearienne » ou encore « zidanesque ». Quand il s'agit de verbaliser, les exemples, bien que rares, existent : le nom « guillotine » et le verbe « guillotiner » dérivent du nom de Joseph Guillotin, inventeur du mécanisme de mise à mort.


L'objectif du présent article est d'établir un constat simple en deux parties. Premièrement, la recatégorisation grammaticale d'un nom propre en verbe est très courante en anglais, en raison de la souplesse grammaticale de la langue :


« We FedEx’d it on Friday. »***

« I Forrest Gump'd my way through my life. »

« He Peter Gade'd it. » (mon exemple préféré, en référence à une feinte de badminton inventée par le joueur danois Peter Gade)

« Let's Google it. »****


En référence à ce dernier exemple, on parle parfois de Googliser ou Googler en français. L'ajout d'un suffixe permet parfois d'expliciter par une terminaison facilement reconnaissable cette recatégorisation en verbe. La dérivation sans modification formelle du mot est qualifiée d'impropre.


La dérivation du nom FedEx en verbe conjugué au passé permet de distinguer le nom propre du verbe par l'ajout d'un suffixe. Si, dans la publicité étudiée, une cliente du groupe avait déclaré : « I did not just book it. I Thomas Cooked it. », le changement de catégorie grammaticale aurait été plus simple à distinguer pour une classe de deuxième année de LEA.


Deuxièmement, la traduction d'une telle expression vers le français est difficile, car ce procédé (verbalisation d'un nom propre) suppose la transposition de la conjugaison du verbe au nom. Imaginons :


- « Je Frank Sinatrais sous la douche lorsque quelqu'un a frappé à la porte.

- Tu... quoi ? »


OU


- « Quel plat va-t-il encore nous Cyril Lignaquer aujourd'hui ? »


Compréhensible mais peu idiomatique, je vous l'accorde. Pour traduire ces dérivations , nulle solution universelle : le cas par cas est souvent de rigueur.


Pour finir, un petit conseil :

N'oubliez pas de vérifier une information avant de la partager sur les réseaux sociaux, cela vous évitera de Donald Trumper tout le monde.



 

*R.S (2013), « Le verbe « zlataner » n'entrera pas dans le dictionnaire français », 20 Minutes, disponible à l'adresse : https://www.20minutes.fr/sport/1108105-20130226-verbe-zlataner-entrera-dictionnaire.


**Morgan, R (2018), Altered Carbon « No body lives forever », chap. 31, p. 351.


***Wakeman Wells, M (2015), disponible à l'adresse : https://www.margieholdscourt.com/proper-nouns-used-as-verbs/


****Oxford University Press ELT, « Do you salad or sandwich » (2013), disponible à l'adresse https://oupeltglobalblog.com/tag/nouns-used-as-verbs/


Jousse, AL (2002), « Dérivation sémantique et morphologique de termes, analyse en corpus spécialisé et modélisation au moyen des fonctions lexicales », disponible à l'adresse http://olst.ling.umontreal.ca/pdf/memoirejousse.pdf .

38 vues0 commentaire