• Hugo V.

Langue anglaise : pourquoi certaines personnes prononcent-elles « Ax » et non « Ask » ?

Dernière mise à jour : 13 juin 2019

L'écoute et le visionnage de documents en langue étrangère a été pour moi l'un des outils les plus efficaces dans l'apprentissage de la langue anglaise, si bien qu'en fin de compte, progresser devient une partie de plaisir.


Mais la découverte d'une langue est un travail de longue haleine, qui nous réserve souvent de nombreuses surprises. C'est lors de l'écoute du titre « The Heart Part IV » du rappeur américain Kendrick Lamar que je remarque cette prononciation du verbe to ask.


- My spot is solidified if you ask me (What else?) -


Il est des différences qui ne relèvent pas seulement de régionalismes (je ne peux m'empêcher d'avoir une pensée pour mes collègues toulousains, ardents défenseurs du terme « chocolatine » en opposition au « pain au chocolat »). Plusieurs théories expliquent cette prononciation : la première défend que dans la littérature anglo-saxonne, on retrouve le verbe Ax, qui dérive du vieil anglais (ou anglo-saxon) acsian, comme variante acceptable du mot Ask jusqu'au XVIe siècle environ. Ainsi, cette variante aurait marqué le langage des populations afro-américaines ayant subi l'esclavage au XVIIe siècle, lors du développement du commerce triangulaire. Du fait de la ségrégation raciale, une partie de la population noire afro-américaine aurait conservé cette prononciation. L'introduction d'Ax a pu être influencée par le contact entre la population africaine asservie et les Scots d'Ulster, un peuple d'Irlande du Nord dont le dialecte (le Scot) contient également le terme Ax, qui faisait partie de la main-d'œuvre des colons.


La seconde théorie est également liée au commerce triangulaire. Les groupes d'esclaves, dont les dialectes étaient différents, auraient élaboré une langue créole pour communiquer entre eux et avec les esclavagistes. Une des caractéristiques des langues créoles est la simplification des groupes de syllabes, ce dont Ax - Ask est un exemple. Les descendants de ces populations noires auraient conservé cette prononciation, que l'on retrouve principalement chez la population noire.


Ces prononciations peuvent témoigner d'une origine ethnique ou sociale. L'auteur Garrard McClendon estime même qu'elles doivent impérativement être corrigées au même titre que les erreurs grammaticales, car elles portent préjudice aux enfants afro-américains issus de quartiers difficiles. Si contestable soit-il, ce point de vue est expliqué en détail dans la vidéo ci-dessous (en anglais).




Ces deux théories soulignent quelque chose d'essentiel : que nous soyons ou non en faveur des mesures proposées par les rectifications orthographiques du français de 1990, nous devons garder à l'esprit qu'une langue évolue jour après jour et qu'une prononciation pouvant paraître erronée peut, en réalité, être le résultat de l'Histoire. Les accents, les régionalismes et les dialectes sont des particularités qui font la beauté d'une langue. Accepter qu'elles représentent une richesse culturelle est primordial, même lorsque cela ravive le débat pain au chocolat - chocolatine.


H.



 

Conseil supérieur de la langue française, « Les rectifications de l'orthographe », Journal officiel de la République française, nº100, 6 décembre 1990. Accessible à l'adresse : http://www.academie-francaise.fr/sites/academie-francaise.fr/files/rectifications_1990.pdf


Pennington. J, Quora, « Why do some people say ax instead of ask? », 5 mars 2015. Accessible à l'adresse : https://www.quora.com/Why-do-some-people-say-aks-instead-of-ask


McClendon Garrard, vidéo « Fox News and Black English » accessible sur Youtube à l'adresse : https://www.youtube.com/watch?time_continue=191&v=X_KKLkmIrDk.







34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout